FR | EN | NL

ARCHIVES | 2006 | MUSIQUE | CHARLOTTEFIELD


Biographie

"Charlottefield doit commencer à être fatigué du parallèle avec le hardcore de Washington DC qui accompagne systématiquement les commentaires faits à propos de leur musique.

Le chanteur/guitariste Tom House possède une voix riche, plaintive, dont il pourrait peut-être fait plus usage; si son penchant pour la complainte et le cri sur la plupart des parties vocales invite effectivement à des comparaisons faciles avec la scène de DC, celles-ci sont en tout cas loin de rendre compte de la totalité des caractéristiques de la musique de Charlottefield.

 

photo1

 

Alors que la plupart des gens mettent l'accent sur la violence des impacts vocaux, il serait plus judicieux de s'attarder sur les mélodies qu'ils couvrent.

De ce point de vue, Charlottefield est aussi anglais que la vraie Kentish Ale. D'où précisément cette influence provient, ça c'est une autre histoire. Peut-être un peu de The Fall, mais la ressemblance ne saute pas aux oreilles.

 

photo2

 

Ils ne la jouent pas "bordélique" : avec Ashley Marlowe, Charlottefield possède l'un des batteurs les plus précis et expressifs d'Angleterre, et la basse de Chris Butler sait se faire discrète pour laisser la parole aux guitares. Et ces guitares ? Elles carillonent comme des anges ou grondent comme le tonnerre.

Charlottefield expérimente également avec les structures temporelles et mettent au moins un de leurs pieds collectifs dans le camp math-rock. D'ailleurs, si vous étudiez la totalité de leurs chansons, vous aurez bien du mal à les classer dans un tiroir bien précis." - Phil Whalley

En mai 2005, leur succès critique 'How Long Are You Staying' est sorti sur le prestigieux label FatCat. Au Rhâââ Lovely Festival, ils joueront un concert exclusif en Belgique !

 

Discographie

-) 2002 : 'Picture Diary' 7" sur FatCat.

nom_image

 

-) 2003 : 'Again / For Absent Companions' 7" sur Jonson Family.

nom_image

 

-) 2004 : 'Firewood' sur Jonson Family.

nom_image

 

-) 2004 : 'Noisestar Session III and IV' 12" sur Noisestar.

nom_image

 

-) 2005 : 'How Long Are You Staying' sur FatCat.

Ce qu'en pense Infratunes :

28 minutes de tension constamment alimentée (Again) et explosante (Nine Tails) : voici How Long Are You Staying, premier album de Charlottefield, écrit sous haute perfusion de Slint, période Spiderland, dont on reconnaît le souvenir dans le grain et le dialogue des guitares, et ces mobiles harmoniques et mélodiques gonflés à l'adrénaline et la paranoïa (A>>B). Si l'on remonte plus avant dans les références, on trouvera un goût de Can dans cette musique : les bribes de phrases et incantations de Thomas House rappellent entre autres le Damo Suzuki de Mushroom sur Tago Mago (A>>B).

En dépit de toute leur rage, les membres de Charlottefield connaissent leur histoire du rock free et underground sur le bout des doigts, et c'est un peu dommage : les souvenirs et les références encombrent parfois un peu l'écoute de ce monolithe rock'n'noise taillé à la dynamite, et qui pourtant n'oublie jamais d'être cérébral voire mental (Clipper). Album violent et offensif mais qui donne toujours à penser, qui apporte des respirations à mi-parcours (How Long) et qui est par conséquent plus qu'une simple décharge électrique, une secousse épidermo-orgasmo-sismique.

Album sous le patronnage de Slint et de Can, disions-nous. De Slint, Charlottefield retient la capacité à développer des pièces qui s'affranchissent du traditionnel format "chanson en couplets et refrains" en s'élaborant à partir de motifs – rythmiques le plus souvent – obsédants, répétés en boucle et évoluant asymptotiquement en lents crescendi et variations, vers un point extrême, un moment d'explosion qui parfois vient (The Eleventh Day), parfois ne vient pas (How Long) – qui parfois est déjà là, dès l'ouverture du morceau, lequel n'est alors plus que galop sonique déchaîné et refermé sur un silence assourdissant (Weevils). Le tout en des morceaux forts courts compte tenu de leur densité et des progressions qu'ils ménagent. De Can, Charlottefield se souvient du brio à conjuguer polyrythmies et monorythmies pour appuyer ses implacables crescendi, ainsi qu'une capacité à distiller les ambiances inquiétantes à l'intérieur de ses débordements furieux.

Que reste-t-il à Charlottefield me direz-vous alors ? Beaucoup de choses en fait. C'est que peu de groupes ont su lancer sur la place publique des bombes aussi bien ficelées que Spiderland, ces bombes à surprises sonores (va-t-elle exploser ? ou pas ?), chimiquement dosées avec autant d'équilibre et de savoir-faire. A défaut d'une réelle originalité, Charlottefield ont donc la maîtrise, la technique et l'émotion pour eux. Et l'assurance que cet album, qui marche tranquillement à côté de l'air du temps et sans s'en soucier plus que de raison, vieillira bien, album recommandé à l'instar de son très recommandable ancêtre.

Johnny One Shot - site.

nom_image

 

Audio

-) morceaux live sur Myspace.
-) extraits de 'How Long Are You Staying' sur le site de FatCat.
-) extraits de 'Picture Diary' sur le site de FatCat.

 

Web

-) Site officiel.
-) Myspace.
-) FatCat.
-) Jonson Family.
-) Noisestar.