FR | EN | NL

ARCHIVES | 2006 | MUSIQUE | THIS IS YOUR CAPTAIN SPEAKING


Biographie

This is Your Captain Speaking est un trio de Melbourne figurant au sommet de la pile de sorties post-rock australiennes de l'année. En s'appuyant sur des références contemporaines comme The Necks, Silver Ray, Dirty Three, Laura, The Wintership et Because of Ghosts, Nick Lane (guitare/mandoline), David Evans (batterie) et Steve Ward (guitare) apportent leur pierre à l'édifice du post-rock australien, grâce à leur talent, rendu impeccablement au travers de leur musique.

Leur premier album, 'Storyboard', est sorti de manière indépendante en Australie en mai 2005. Il a déjà récolté pas mal de critiques élogieuses, locales mais aussi d'Europe et des Etats-Unis. Celles-ci voient en 'Storyboard' "66 minutes de pur bonheur musical", "un des meilleurs albums sortis récemment" ou "un chef d'oeuvre incontournable".

 

photo1

 

Les chroniqueurs ont - à raison - comparé le groupe à leurs pairs Brian Eno, Steve Reich, Terry Riley, The Necks, Sigur Rós, Explosions in the Sky et Ennio Morricone.

En février 2006, 'Storyboard' sortira en Europe sur l'excellent label anglais Resonant (Do Make Say Think, Kepler, Stafraenn Hákon, Dialect, Blindfold, Library Tapes). C'est donc en tant que premier groupe australien signé sur Resonant que This is Your Captain Speaking entamera sa première tournée européenne en avril et mai 2006, en appui de la sortie de l'album.

 

photo2

 

Composé de sept morceaux, pour un total de 66 minutes, 'Storyboard' a été enregistré dans la bibliothèque d'une école primaire. Il fait état de l'extraordinaire abilité du groupe à créer des atmosphères et des émotions. L'album nous propose tour à tour des ambiances minimalistes, de magnifiques mélodies entremêlées, des réverbérations soniques et rugissantes, des moments western et psyché, bref, 'Storyboard' capture le son extrêmement fluide et original de This Is Your Captain Speaking.

A découvrir absolument au festival cette année, où le groupe jouera un concert exceptionnel en Belgique !

 

Discographie

-) 2005 : 'Storyboard', auto-produit (sortie sur Resonant en février 2006).

Ce qu'en pense Derives :

Fitzroy, Melbourne, Sud-Est de l'Australie. Nick Lane à la guitare et à la mandoline, David Evans à la batterie, machine à écrire et métallophone, Steve Ward à la guitare. 66 minutes de pur bonheur musical. Atmosphères raréfiées, paysages immenses, économie et austérité sonores, majesté des nuances. Une esthétique qu'on rapprochera de la charnière Constellation/Kranky/Temporary Residence, sauf que tout ici semble plus mûr, évolué et subtil et l'on pourrait encore parler de The Necks, Durutti Column, Roy Montgomery ou Scenic.

Parce que This Is Your Captain Speaking n'est pas un énième groupe post-rock – le terme est grossier comparé à la musique d'un trio lambda, il y a juste à jeter un regard sur la seule photo officielle du groupe. Qui parle d'elle-même ! La classe, le regard, la simplicité et une honnêteté tangible qui laissent transparaître un vécu et dégagent une aura qui, de l'autre côté de l'hémisphère terrestre, est toujours palpable.

Alors bien sûr il ne faut pas espérer entendre de nouveau son, c'est au niveau de la qualité d'écriture que tout se joue. A la manière d'un This is the Story of a Still Life, le groupe est plutôt du genre à égaliser, tutoyer et peut-être même dépasser ses modèles. Mais sans en avoir l'air, sans la moindre démonstration de force épique. Les effets sont réduits ici au minimum, les clichés personna non grata – pas de murs de distorsion, pas d'alternance soft/loud à l'horizon. 'Gathering pieces', le morceau de dix-huit minutes qui ouvre ce disque est la composition dont Godspeed You Black Emperor n'a jamais été capable et qui fait frissonner comme jamais. Ample, aérien et réel, on en est presque à se pincer les bras tant tout ceci semble développer une sphère à la lucidité mélancolique quasi-douloureuse.

Et ce disque est autoproduit. Et ce disque a été enregistré dans la bibliothèque d'une école primaire (on entend d'ailleurs les enfants régulièrement entre les morceaux, comme des respirations). Et l'artwork est d'une beauté rare, le livret reprend l'idée 'conte féérique' du 'The Marionnette and the Music Box' de Unwed Sailor. Merci aux membres de Season de m'avoir mis sur la piste ! A nouveau 'post-rock instrumental' semble pouvoir rimer avec bouleversant et plus seulement avec 'boring'.

Allons-y gaiement, ce 'Storyboard' mérite très largement le statut de chef-d'oeuvre incontournable du genre. D'autant plus qu'on n'est pas près de se relever de l'uppercut de dix-huit minutes qui nous attend à l'entrée. 'Gathering pieces' est hors du commun, cinématique et renversant, tout en tensions froides et givrées, étendues désertiques nocturnes qu'on traverse en aéroplane, mus par un désespoir euphorisant. Tout ça simplement à trois, sans distorsion juste de la réverbération, l'interjeu sensationnel des deux guitares, une batterie plus qu'idéale. On imagine très bien les musiciens dans un état second lors de l'enregistrement de ce morceau, à ne plus toucher le sol, décollant à des centaines de kilomètres de leur salle de bibliothèque, en plein bush australien et là on réalise que s'il y avait un endroit dans le monde capable de concurrencer les étendues glacées de l'hiver canadien c'est bien là et si un groupe doit en incarner les dimensions, This Is Your Captain Speaking est ici en position de force.

Sur '6pm', alors que les guitares se font célestes, on découvre l'apport en termes de percussions d'une machine à écrire. L'évocation de nuages filiformes dans toutes les nuances de rouge orangé d'un soleil déclinant. 'A Wave to Bridget Fondly' joue entre réverbérations, psychédélisme et échos d'ambiances raga, comme une ode au soleil tout puissant du désert australien, ses vagues de chaleur qui pourraient nous conduire aux hallucinations parfois mortelles de l'insolation. Puis soudainement, après quelques minutes de mise en conditionnement, sans en avoir l'air, sans le moindre effet d'annonce, au détour de toute prévision, This is your Captain speaking libère une mélodie extrêmement gracieuse et étincelante comme un lac d'eau fraîche où plonger après les heures lourdes d'une marche déshydratante. Un peu plus tard, la fatigue et la nuit peuvent alors peu à peu nous accueillir en leur sein, prodigieusement soulagés, l'esprit limpide.

Avec 'Weathered', le trio se lance dans une approche plus free, psychédélique et onirique dans sa terminaison, mais qui reste cependant toujours très nette. 'Lift' qui prend le relais est tellement intense qu'il nous donne la sensation fiévreuse de glisser sur le sol, de nous déplacer comme si tout vibrait autour de nous, mais pas la moindre trace de début de débordement sonore chez le trio, tout est maîtrisé à la perfection, l'émotion est pure et racée. Une expérience entière, qui ne s'impose pas mais arrive comme une vague alors que l'on marche consciemment sur la plage, vers la mer, l'eau glacée nous remontant jusqu'aux genoux avant de repartir.

Le maëlstrom reprend avec 'Henry & Maximus', cymbales jazzy et guitare troublée pour une longue montée en tension répétitive sur laquelle vient se greffer une seconde guitare mélancolique. Bientôt l'interjeu démarre, la batterie se réveille peu à peu à son tour pour un magnifique déroulement dynamique joliment esthétique, infiniment plus subtil et fluide que les habituelles plongées épiques dont le genre nous a saturés. L'album se termine sur un 'Angels' atmosphérique, plus improvisé et décousu, aux percussions un brin plus expérimentales avec un usage immodéré de la machine à écrire en première partie puis du métallophone ensuite. Heureusement le morceau se relève quelque peu dans sa dernière partie désabusée avant quelques éclairs d'intensité comme lorsque les vagues tempétueuses finissent par projeter le navire disloqué sur la plage.

Avec son premier album, le trio australien frappe fort et s'impose comme l'une des formations instrumentales incontournables de son époque. Il reste juste à espérer que malgré son isolation et son caractère autoproduit, 'Storyboard' pourra trouver les échos et les enthousiasmes qu'il justifie.

Didier - site.

nom_image

 

 

Audio

-) Weathered, extrait de 'Storyboard'.

 

Web

-) Site officiel.
-) Resonant.