FR | EN | NL

ARCHIVES | 2007 | MUSIQUE | CRIPPLED BLACK PHOENIX


Biographie

Quand des musiciens émérites issus de groupes et de styles aussi différents que Mogwai (post rock masters), Electric Wizard (stoner/doom metal), Pantheist (ambient metal), 3D House of Beef (sludge metal) et Gonga (heavy rock) se retrouvent pour le plaisir de jouer ensemble, ça devient Crippled Black Phoenix, un nom peut-être paradoxal (un phénix noir estropié?) mais une expérience musicale aussi ambitieuse qu’improbable, sombre et grandiose à la fois.

 

photo1

 

Comme l’oiseau mythique, CPB évoque simultanément le feu destructeur et créateur: chacun des membres du groupe parvenant à assujettir son patrimoine musical pour se fondre dans un ensemble organique inédit. Créer une alchimie nouvelle, intemporelle, semble effectivement l’objectif des 9 (neuf !) musiciens. Geoff Barrow, la moitié de Portishead, ne s’y est d’ailleurs pas trompé, lui qui s’est emballé pour CBP au point de les accueillir sur son propre label, Invada records, et produire lui-même, excusez du peu!, leur album « A Love of Shared Disasters » (à paraître en avril 2007). Entre amplification électrique et symphonisme intimiste, ce disque est annoncé comme le premier d’une trilogie de « ballades de la fin des temps ».

 

photo2

 

Musicalement, CPB construit ses compositions comme des atmosphères et fait preuve d'un réel souci mélodique, renforcé par les vocaux irréprochables et prenants de Joe Volk. Section rythmique métronomique (avec Dominic « Mogwai » Aitchison à la basse, on est forcément servi), guitares électrique et acoustique, piano, violoncelle, glockenspiel et même accordéon sont associés pour créer une oeuvre contrastée, à la fois puissante et subtile, tour à tour crépusculaire, tendue ou nostalgique, mais constamment captivante, flirtant parfois avec le rock progressif et même le néo-classique.

Difficile au final de comparer CBP à une autre formation, tant sa musique s'avère personnelle. Au delà des individualités clairement répertoriées qui le compose, le groupe reste inclassable et agence ses compositions avec un maîtrise incroyable et singulière. C’est ce qui rend leur musique si inattendue et passionnante. En un mot comme en cent : The next big thing!

 

Discographie

-) 2006 : 'Sharks & Storms/Blizzard of Horned Cats' (10" en édition limitée) sur Invada Records.

Ce qu'en pense Boomcat (en anglais) :

“Having a member of Mogwai in your lineup and making post-rock does admittedly set expectations fairly high. Although not entirely responsible for the genre itself, Mogwai were integral in getting it ‘out there’ and have recorded some of the most important additions to it’s canon, and now in 2006 the sound is still going strong. Crippled Black Phoenix takes Mogwai bassist Dominic Aitchison and places him next to Electric Wizards’ Justin Greaves and Panthiest members Andy Semmens and Kostas Panagiotou and between them the four create a very pleasant racket indeed. At times sounding like an extremely heavy Radiohead, at others coming across like an incredibly depressed ISIS this is just what we like to hear from the post rock folks at the moment, and like Red Sparrows have taught us recently there’s life in the old beast yet. Packaged beautifully in luscious brown card and limited to a mere 500 copies for the world this ain’t gonna last long so grab while you can...”

site.

nom_image

 

-) 2007 : 'A Love of Shared Disasters' sur Invada Records.

Ce qu'en pense I Work At Initech (en anglais) :

Holy crap! That's about the extent of what I can say! I had the opportunity to listen to the fully mastered version of the upcoming debut of Crippled Black Phoenix! This was actually more torture than you can imagine, because it's just going to make the wait for the US tour that much harder to bear! I'm not alone is my fervent adoration of this musical conglomerate, check out Micky's page (Boring Machines Disturb Sleep) for loads of references and reviews, as well as an impressive interview with Justin (who was so kind as to hook me up with an advanced copy of the album).

Overall the album touches on most if not all of the cornerstones of any good worthwhile art/post-rock album, and adds textures on top of textures that warrant repeated listens, which can be said for all of the twelve tracks on the album! The album is by far one of the most interesting pieces of music to come out in the last number of years, and while it shares a lot in common with the 'gwai soundscape, it also manages to touch on other styles of instrumental and subtle texture-driven genres! This is without a doubt one of the most impressive debuts I've ever heard!

site.

nom_image

 

Audio

Quelques morceaux sont à écouter sur leur page Myspace.

 

Web

-) Site officiel.
-) Myspace.
-) Invada.