FR | EN | NL

ARCHIVES | 2007 | MUSIQUE | BRACKEN


Biographie

Alors que le rythme vital de Hood, l'un des groupes anglais les plus passionnants de ces 15 dernières années, semble ralentir au fil des années, Chris Adams, qui en formait le cœur avec son frère Richard, délaisse le temps d’un album (?) la petite entreprise familiale pour se lancer dans un nouveau projet musical d’une facture beaucoup plus libre et personnelle : Bracken.

 

photo1

 

Si le sieur Adams, à la voix toujours aussi touchante et plaintive, s’inspire naturellement d’une trame ambiante similaire à celle de son groupe tutélaire, faite d’arrangements post-rock et d’emprunts à l'electronica, de spleen et d’émotion, Bracken déjoue habilement tout risque d’amalgame par une densité quasi-inextricable de mélodies et d'orchestrations complexes de sons organiques et surtout synthétiques.

Les douze compositions connues à ce jour (celles de l’EP Heatens et du LP We Know About the Need, sortis en novembre dernier en en janvier de cette année) empruntent autant à la pop qu’au hip hop, au dub qu’au free jazz et rappellent même parfois, dans leurs versants les plus expérimentaux, les constructions composites de la musique concrète !

 

photo2

 

Fureteur et audacieux, on ne s’étonnera donc pas de voir que Bracken prenne son envol sous le patronage avisé des têtes chercheuses du label de San Francisco Anticon (Themselves, Why?, 13 & God, Alias, ...).

Gageons que les adorateurs des rouquins de Leeds (que l’on sait nombreux, puisqu’ils avaient clôturé l’édition 2005 du Rhâââ Lovely devant une salle comble) auront à coeur de découvrir le projet de Chris sur scène lors de son escapade en Belgique.

 

Discographie

-) 2006 : 'Heathens' sur Anticon.

Ce qu'en pense Fluctuat :

Le groupe Bracken (qui veut dire fougère, si je ne me trompe pas) a ouvert récemment son http://www.myspace.com/brackenmusic en y plaçant 2 titres sublimes. Le single, disponible uniquement en vinyl, est à l'avenant, proposant une électronique vocale mélancolique multicouches tout à fait convaincante. La voix de Chris Adams rappelle les harmonies de Mark Gardener sur les vieux Ride, tandis que le déluge sonore, doublé de nappes de cliquetis électro, de samples de cordes et cuivres (à moins qu'ils ne soient vrais ?) assemblés en cut-up expérimental, évoque un My Bloody Valentine qui aurait bien vieilli. Le tout est une musique susceptible de rallier à la fois les fans de Mogwai, de post-rock alternatif dynamique façon Tortoise premier âge et certains amateurs d'electro acoustique à la Aphew Twin. En clair, une électro emotive parfois un peu primaire (Casio sound ?) mais qui a un pouvoir d'évocation aussi riche que les travaux plus traditionnels des frères Adams. A suivre de près donc...

Myosotis - site.

nom_image

 

-) 2007 : 'We Know About The Need' sur Anticon.

Ce qu'en pense Indierockmag :

Premier album en solo pour Chris Adams, chanteur de Hood où la noirceur d’un dub mélancolique rencontre des mélodies lumineuses.

Chris Adams est le chanteur de Hood, l’un des groupes anglais les plus passionnants de ces dernières années dont la musique en perpétuelle mutation n’a cessé d’évoluer, depuis les débuts lo-fi jusqu’aux derniers albums expérimentaux tournés vers le post rock et l’electronica. Sur l’album Cold House , sommet discographique du groupe, Hood s’était même ouvert au hip-hop déviant du label Anticon en collaborant avec cLOUDDEAD. Depuis un certain temps et la sortie d’albums comme ceux de Why ? ou 13 & God, Anticon s’est affranchi totalement des frontières strictes du hip-hop pour s’ouvrir à la pop et l’électronique. C’est donc finalement sans grande surprise, que l’on retrouve Chris Adams, en échappée solitaire sous le pseudonyme de Bracken, signé sur le label de San Francisco pour son premier album We Know About The Need.

Ceux qui ont aimé les deux derniers albums de Hood, Cold House et Outside Closer peuvent se ruer les yeux fermés sur cet album. On retrouve ici les mêmes ambiances oppressantes, distillant cette douce mélancolie portée par la voix unique de Chris Adams, à la fois accueillante et plaintive.

Comme chez Robert Wyatt, elle joue ici un rôle prépondérant, celui d’un instrument à part entière qui vient s’enlacer aux nappes synthétiques, batteries fantomatiques et accords de guitares en lambeaux. We Know About The Need est un disque de dub malade et schizophrénique qui refuse de choisir entre la pénombre et la lumière, la noirceur et l’éclat. Sur le single Heathens, les voix découpées et trafiquées s’entrechoquent sur une mélodie lumineuse tandis qu’avec le morceau Fight or Flight, Bracken se paie le luxe d’atteindre des hauteurs stratosphériques que l’on croyait jusqu’alors réservées au duo de Boards of Canada. Comme chez les écossais la musique de Chris Adams reste incroyablement organique et l’univers synthétique et électronique ne prend jamais le pas sur l’émotion. Au détour d’un morceau, l’expérimental Evil Teeth, l’écoute devient exigeante, la voix essaie de se frayer un chemin au milieu d’un capharnaüm de batteries free en perdition, de larsens métalliques et de machines maltraitées. Mais à la sortie de ce chaos, on se réfugie dans l’ambiance accueillante et réconfortante du lumineux Four Thousand Style porté par une mélodie jouée au clavecin. Plus loin et en moins de trois minutes (Many Horses), avec un simple piano, une clarinette et quelques bidouillages synthétiques, Chris Adams rend caduque les dernières escapades électro d’un Thom Yorke.

Avec la sortie de cet album, Anticon confirme une fois de plus son statut de label novateur à l’ouverture d’esprit impeccable. We Know About The Need est le disque de saison parfait qui rend l’attente d’un nouvel album de Hood encore plus insupportable. Chris Adams vient tout simplement de réussir là le disque idéal pour que l’hiver commence enfin.

site.

nom_image

 

Audio

-) Bracken, extrait de 'Heathens' et 'We Know About The Need'.

 

Web

-) Myspace.
-) Anticon.